Reprise progressive des activités après 3 mois d’état d’urgence

0
12

À partir de ce mardi 30 juin, les frontières terrestres avec la République Dominicaine et les deux aéroports internationaux du pays sont désormais ouverts ; le couvre-feu débutera à présent à minuit pour 4 heures du matin ; les factories recommenceront à fonctionner à plein régime à partir du lundi 6 juillet de cette année, a annoncé le président de la République lundi lors d’une adresse à la nation. Plus de trois mois après avoir déclaré l’état d’urgence sanitaire sur le pays dans la lutte contre le coronavirus, Jovenel Moïse annonce la reprise progressive des activités.

Le pays est maintenant ouvert aux visiteurs du monde entier, a décidé le président de la République après plus de trois de suspension des vols réguliers et de la fermeture des frontières avec la République dominicaine. Jovenel Moïse autorise la libre circulation des personnes et des marchandises par les voies terrestres et aériennes. Toutefois, le chef de l’Etat a indiqué qu’il faut prendre des précautions nécessaires afin d’éviter un retour de la pandémie dans le pays.
Jovenel Moïse a souligné dans cette adresse à la nation depuis le Palais national que la pandémie est toujours sur le territoire. Le chef de l’État a exhorté les gens à continuer à respecter les mesures barrières comme le port du masque, la distanciation physique. Il a appelé la population à respecter les consignes des autorités sanitaires.
« Grâce aux mesures que nous avons prises, le coronavirus n’a pas fait autant de dégâts que prévus au pays », s’est félicité Jovenel Moïse. « On doit toujours rester vigilant. Évitons de compter des morts, mais des patients guéris… », a invité le chef de l’Etat, soulignant que le gouvernement a déjà distribué plus de 11 millions de masques à travers le pays. « Cela a donné de bons résultats », a-t-il soutenu.
Alors que Jovenel Moïse a annoncé la reprise totale des activités dans les factories pour le lundi 6 juillet, il a appelé les patrons et les syndicats à éviter que les ouvriers soient entassés dans les usines. Le président a ordonné au ministre des Affaires sociales et du Travail et à celui du Commerce d’effectuer des visites régulières dans les factories afin de s’assurer du respect des principes d’hygiène. « Je leur demande de ne pas hésiter à appliquer la loi contre tous ceux qui ne respectent pas les principes sanitaires », a exigé le chef de l’Etat.
Le président de la République a fait savoir que le pouvoir s’est retrouvé dans un dilemme entre le maintien des restrictions et la reprise des activités. Jovenel Moïse dit avoir pris la décision d’autoriser la reprise progressive des activités au pays après avoir consulté des économistes du pays, des sociologues, des professeurs, la cellule scientifique, la commission multisectorielle de gestion de la pandémie…
Sur le plan économique, le chef de l’Etat a fait savoir que ça va mal pour le pays. Il dit avoir pris plusieurs mesures pour soulager les conditions de vie des gens les plus vulnérables. « Mais ces mesures ne sont pas suffisantes parce que les recettes de l’Etat ont diminué. La douane et la DGI ont fonctionné au ralenti ; les aéroports du pays étaient fermés depuis le 19 mars ; les activités économiques ont fonctionné au ralenti avec la moitié ou à un quart de leur effectif. D’autres entreprises comme les hôtels ont été obligés de fermer leurs portes… », a énuméré le président.
Jovenel Moïse a fait remarquer qu’à cause du coronavirus, plus de 20 000 ouvriers étaient au chômage dans le secteur de la sous-traitance. « On ne peut pas continuer à perdre plus d’emplois au pays, cela nous conduira dans un désastre économique, un désastre social qui nous précipitera dans un trou au fond duquel personne ne pourra nous aider à en sortir », a affirmé M. Moïse.
Il n’y a pas encore de date fixée pour la reprise des activités scolaires, des centres de formation supérieure et des lieux de cultes. Jovenel Moïse a annoncé que ces institutions reprendront leurs activités «dans les prochains jours». « Le gouvernement, la cellule scientifique et la commission multisectorielle travaillent afin de trouver la meilleure façon pour permettre à ces institutions de reprendre leurs activités », a-t-il ajouté.
Sans fournir de précisions, le président a remercié des membres du secteur privé qui, selon lui, ont offert leurs contributions à la commission multisectorielle pour l’achat de plus de respirateurs artificiels, entre autres. Jovenel Moïse en a profité encore une fois pour s’en prendre à d’autres membres du secteur privé qui sont, à ses yeux, «des prédateurs ».
Selon les autorités sanitaires, jusqu’au 27 juin, le pays comptait 104 décès, 5 847 cas de contamination et 784 patients ayant récupéré. Le président, dans son adresse à la nation, a souligné que nous devons apprendre à vivre avec le coronavirus, parce que, a-t-il rappelé, la pandémie est là pour durer.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here