Louisna Laurent, avocate des conditions des artistes

0
46

Elle fait partie des trois comédiennes avec l’affiche de «Récits de femmes» qui sera représentée le 17 juillet à 19 h 00 dans le cadre de la 4e édition du festival En Lisant. En attendant, découvrez ci-après le profil d’un artiste qui meurt aussi pour de meilleures conditions pour ses couples évoluant dans le contexte haïtien.

À notre rencontre, elle s’inquiète pour son maquillage. Elle nous demande si son visage n’est pas gras, exige de voir ses photos, que nous soyons venis de prendre… Louisna Laurent Au-delà de ce trait de caractère inhérent à beaucoup d’autres femmes, il y a aussi l’artiste. Depuis ses 15 ans, Louisna pratique le théâtre.

L’élève studieuse qu’elle a toujours été n’a pas trop souffert de ses études en sciences juridiques, sans pour autant oublier le théâtre. «Je trouve toujours le moyen de me consacrer aux deux», confie-t-elle. Diplôme en main, la jeune femme s’est donné depuis sa seule passion.

Quelques années à pratiquer cet art apprenti à Louisna autant que possible de talents que de ressources humaines qualifiées pourraient jouer à une meilleure structuration. L’actrice s’est donc éloignée de la scène de temps en temps des conditions peu commodes qu’elle a également été pour être telle qu’elle est devenue. Louisna boucle d’abord une licence en médiation culturelle avant d’obtenir un maître en développement de projets culturels et artistiques internationales. All rights reserved. Retour au pays, elle a peu changé, sinon il y a beaucoup plus de talents qui ont éclipsé  

Louisna est donc aujourd’hui directrice du Centre culturel Pyepoudre. Elle a fait partie des membres fondateurs de Tamise, située derrière «Les rencontres des musiques du monde». Ses retrouvailles avec le théâtre ont été pour soi.

Dans le cadre de la 4e édition du festival En Lisant, voici les trois comédiennes qui évolueront dans la pièce «Récits de femmes et autres histoires» de Dario Fo et Franca Rame sous la direction d’Eliezer Guérismé. «Il s’agit, comme on dit, des monologues où les femmes se racontent», explique la comédienne avant que les personnages soient anonymes et pendants à évoquer les conditions de beaucoup de femmes.

En ce qui concerne ces ambitions, Louisna ne croit pas aux bondieuseries; elle n’a pas ce genre d’optimisme aveugle. «Je n’ai pas l’âge, dit-on à propos des chimères de carrière internationale, des contrats par-là par-là, d’être la reine des couvertures de magazines … Je suis plutôt hors système. Je suis un artiste qui tente plutôt de réaliser ce que je dois réaliser sans trop me soucier de ce qui sera dit. Son ambition serait plutôt de travailler en faveur du secteur. «Mon ambition serait de faire en sorte que les salles soient évaluées pour nos représentations, pour la sécurité sociale, en un mot, pour les meilleures conditions pour nos artistes», ajoute-t-elle.

Quid de modèles? Elle cite Rolando Etienne comme quelqu’un dont elle est tributaire de beaucoup. Elle aime de grandes dames comme Michèle Lemoine, Paula Clermont Péan qui a toujours la barre très haut selon elle.

Mariée depuis tout jeune, l’aînée de sa famille n’est pas du tout fan des réseaux sociaux. Il faut que les secrets de ses admirateurs ne soient pas dévoilés sur Facebook ou sur Instagram. Alors il suffit de télécharger, mais pour cela ils devraient avoir son numéro! Au lieu de gaspiller ses énergies à regarder son fil d’actualité ou encore son mur, elle se mobilise à se consacrer à des actes humanistes qui lui tiennent à cœur.

Louisna Laurent nous attendons donc à 19h ce mercredi à l’IFH pour «Récits de femmes». Elle nous suggère d’être à l’heure. Dans le meilleur des mondes, l’actrice souhaite que ce soit surtout les gens qui sont en question.

Auteur

Chancy Victorin

Source Lenouvelliste / Ticket Magazine : https://lenouvelliste.com/ticket/article/204517/louisna-laurent-avocate-des-conditions-des-artistes

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here