Présentation d’un plan d’action 2020-2022 par rapport aux problèmes que confrontent les jeunes

0
17

Le secrétaire d’État à la jeunesse, Charlot Jacquelin Junior, a présenté ce lundi 20 juillet 2020, son plan d’action 2020-2022 par rapport aux problèmes auxquels les jeunes se trouvent confrontés. À en croire le secrétaire d’État, c’est un document-cadre qui comporte 7 grands axes stratégiques pour la jeunesse haïtienne.
Quatre mois après son installation au poste de secrétaire d’État la jeunesse, Charlot Jacquelin Junior, a présenté ce lundi 20 juillet 2020, son plan d’action 2020-2022 pour pallier les problèmes que confrontent les jeunes du pays sombrant dans le désespoir. En effet, ce plan est un document-cadre d’orientation comportant des axes d’interventions à court, moyen et long terme. Si l’on peut se fier au secrétaire, ce plan comporte 7 grands axes stratégiques.

Étant qu’on est dans une période fortement touchée par le coronavirus dans le pays, le secrétaire d’État a indiqué comme premier axe, l’« implication des jeunes dans le combat contre la Covid-19 ». En ce sens, il a rappelé les nombreuses initiatives prises par les groupes de jeunes du pays pour lutter contre l’épidémie et qu’il les a encouragés.

Ces derniers temps, les citoyens ont tendance à ne pas respecter les mesures barrières contre la Covid-19 avec les activités « Car Wash » qui ont repris leurs cours. Pour le secrétaire d’État, il n’y a pas d’offre de loisirs sains dans le pays. Ainsi, le secrétaire d’État a laissé croire que la jeunesse va créer toute sorte de choses. Tant l’offre de l’État n’est pas claire, dit-il, il y a beaucoup de chances qu’on trouve des déviances naturelles. « Nous allons créer des plaisirs, des loisirs sains », a fait savoir le secrétaire d’État.

« Harmoniser et rendre efficace les acteurs intervenant dans le secteur jeunesse », tel est le deuxième axe présenté par le secrétaire. Par ceci, il annonce dès le mois d’aout la tenue des tables sectorielles de jeunesse ainsi que les conseils consultatifs sectoriels et multisectoriels. Selon lui, les tables sectorielles est un espace d’échange, de dialogue, de discussion qui sera lancée avec les partenaires techniques financiers, les instituions étatiques, sur l’émancipation des jeunes.

Quant aux conseils consultatifs sectoriels et multisectoriels, Charlot Jacquelin Junior a expliqué que ce sont des espaces qui vont être créés avec les jeunes leaders et les associations de jeunesse pour que les réflexions dans les démarches visant à doter le pays d’une véritable politique de jeunesse puissent bénéficier d’une large concertation et consultation au niveau national.

Troisième axe : « renforcer, structurer et créer des centres polyvalents de jeunesse ». Par ce point, le secrétaire a souligné qu’un ensemble de centres crée par la MINUSTHA, pour la plupart, qui est en désuétude. Charlot Jacquelin Junior croit qu’on doit les mettre en valeur afin de rendre les jeunes proactifs. En ce sens, il annonce qu’on va commencer à travailler sur la question d’ici ce mois d’août.

Pour faciliter l’autonomie totale des jeunes, le secrétaire d’État entend, par le quatrième axe, de : « favoriser l’insertion économique des jeunes ». Selon lui, c’est l’un des plus grandes priorités du gouvernement en place, car l’entrepreneuriat jeunesse est au cœur de l’ensemble des réflexions de l’État. Dans cette optique, il a fait référence au programme PAPEJ. Conscient que de nombreux jeunes ont dû quitter le pays ou envisage de le faire en raison, entre autres, du manque d’emploi, le secrétaire affirme que son bureau va travailler avec les structures de jeunesse afin de faire cet axe une priorité.

En guise de cinquième axe, le secrétaire d’État a indiqué que le bureau va « travailler à la protection de la jeunesse ». Pour ce qui est du sixième, le secrétaire d’État, par le biais de son bureau, entend « assurer la promotion et le développement de la vie associative ». Le secrétaire a expliqué dans le temps, par la vie associative, les gens étaient mieux préparés à devenir des citoyens qui aident le pays à progresser.

Enfin, comme dernier axe : « Faire la promotion de la participation massive et intégrale des jeunes dans les affaires politiques ». Selon lui, le pays arrive dans un point où les nouvelles émergences politiques doivent se faire ressentir. « C’est un combat citoyen, c’est un combat patriotique, pour que les jeunes donnent leur contribution au pays sur le plan politique et en terme d’action », a indiqué le secrétaire d’État ajoutant plus loin, qu’en fin de mandat du président Jovenel Moïse le 7 février 2022, la jeunesse pourra dire quelque chose a été faite en sa faveur.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here